Connectez-vous
Menu

Selon que vous serez puissant ou misérable…


Rédigé le Mercredi 1 Février 2017


Selon que vous serez puissant ou misérable…
Penelopegate… Le mot clef fait fureur sur les réseaux sociaux et les moteurs de recherche. Au-delà de toute tentation d’instrumentaliser le débat autour de ces temps médiatiques et politiques, il est intéressant de constater le décalage certain de notre élite vis-à-vis du « peuple de France ».

Ce peuple de France, auquel s’adresse ces élites lorsqu’elles briguent la fonction suprême, n’en peut plus. Mais qui est-il, ce peuple de France, que certains – oserais-je dire beaucoup ? – de nos ministres, de nos députés, de nos sénateurs semblent si mal connaître ?

Le Français, membre d’une fratrie de deux enfants d’âges rapprochés, d’un père et d’une mère toujours mariés après 40 ans de vie commune, parents déclarant 80 000 € par an, habitant une grande agglomération, titulaire d’un BAC + 5, fraîchement diplômé, signant son CDI à 40 000 € à 27 ans, ce n’est pas la règle ! C’est l’exception.
Bien sûr, ce citoyen n’est pas moins citoyen qu’un autre, mais il ne l’est pas plus. Si j’osais évoquer l’échelle sociale, je dirais que ce qui agace le plus celui qui est en bas de l’échelle c’est que les barreaux sont beaucoup moins rapprochés en bas qu’en haut. Ce qui le révolte c’est d’avoir à se dire que ceux qui sont bien nés, n’aient pas toujours à faire les mêmes efforts que lui.

Que révèle l’affaire du Penelopegate ? Qu’il existe en France un milieu, pas n’importe lequel… Celui qui décide des lois qui s’appliquent à TOUS les Français, ceux qui sont en bas, et ceux qui sont en haut de l’échelle. Dans ce milieu, gravitent des femmes et des hommes de pouvoir. Ils font LA loi. Ils devraient, par leurs décisions, leurs prises de position, leurs discours, leurs actes être plus que les témoins de notre devise. Ils doivent la garantir. Ils sont censés être les garants des principes de liberté, d’égalité et de Fraternité. Ils ont un devoir d’exemplarité devant le Peuple de France. Ne doutons pas que ce milieu comporte des femmes et des hommes fidèles à ces valeurs. Mais le constat de l’agitation actuelle est autre. Celui qui aura été le Premier Ministre de la France sous la Présidence de Nicolas Sarkozy, celui qui a conscience que le Général de Gaulle n’aurait jamais été candidat à une élection présidentielle s’il avait été mis en examen, ne comprend pas ce qu’on lui reproche. Il ne prend pas grand risque en déclarant qu’il se retirera de la course s’il était mis en examen. Ce qu’il a fait, en recrutant sa femme et ses enfants en tant qu’assistants parlementaires est légal.
Oui c’est légal ! Mais ce n’est pas Moral ! D’ailleurs c’est légal, parce que ceux qui font LA loi, c’est-à-dire, entre autres lui, n’ont jamais décidé du contraire ! D’ailleurs, s’est-il demandé si le Général de Gaulle aurait employé sa femme et ses enfants en tant qu’assistants parlementaires ?
Ce qui est inacceptable c’est de constater son aveuglement ! Les bancs des facultés sont fréquentés par le Peuple de France dans sa diversité. Et parmi ses étudiants, se trouve ce fils d’ouvrier à qui on a donné la possibilité de suivre une formation élitiste à Science Po Paris, mais, qui, parce qu’il est le fils d’un ouvrier, aura moins la chance que la femme, le fils ou la fille de François Fillon de devenir assistant parlementaire ! Et s’il a la chance de le devenir, il sera payé au plus 3000 € net par mois, travaillera 45 heures par semaine, mangera des clubs Sandwichs debout dans un wagon restaurant d’un train qui le trimbalera de la circonscription de son élu à l’Assemblée Nationale. Il lira, traitera, répondra aux multiples courriers auxquels son élu n’a jamais le temps de jeter un œil. Il rédigera les discours qu’il est le seul à savoir formater pour que la verve de son élu exprime au mieux sa vision de notre société. Il restera cet homme de l’ombre, taillable et corvéable qu’on remerciera à la première alternance politique.
Dominique Bussereau a osé comparé la situation de François Fillon et de sa famille à celle des épiciers et bouchers qui travaillent avec leur mari ou leur femme sous ce fameux statut du conjoint collaborateur. A-t-il conscience que ces femmes et ces hommes ne gagnent pas le même salaire ? Connait-il le montant de la retraite d’un de ces conjoints collaborateurs ? Connait-il le Peuple de France qui travaille, gagne de l’argent, paye des impôts, impôts qui servent à payer l’indemnité du député et les salaires de ses assistants parlementaires ? L’épicier, le boucher, joue avec son argent, le député, le sénateur, joue avec celui du boucher, de l’épicier et de tous les Français.

Les membres de Génération Citoyens ont voté. Ils ont choisi de se mettre en Marche derrière Emmanuel Macron. Ce qui secoue actuellement le monde politico-médiatique n’est qu’un des facteurs qui doit amener notre candidat à faire des propositions claires en matière de moralisation de la vie politique française. Les propositions de Génération Citoyens sont nombreuses en la matière et doivent intégrer le socle programmatique d’Emmanuel Macron. Le Peuple de France l’exige désormais. Et il a raison.
Jean de La Fontaine a écrit : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ». Il nous appartient de rapprocher les barreaux qui sont en bas de l’échelle, pour que les jugements de cour garantissent les principes fondamentaux de notre République.

Alain TURBY ​  
Co-délégué régional Génération Citoyens Nouvelle Aquitaine
 









1.Posté par Pinston le 01/02/2017 22:55
Merci Alain , pour ce texte .Il est des vérités qu'il est bon de fixer dans les écrits , cela doit nous permettre de porter la parole des citoyens . La seule qui aujourd'hui est vraie.

Nouveau commentaire :