Connectez-vous
Menu

Régionales : « Un troisième tour citoyen »


Rédigé le Lundi 14 Décembre 2015


Surtout, ne pas être aveugle. Bien sur, la participation au deuxième tour des Régionales enregistre une poussée de presque 8 points, mais on est bien loin des scores de 74,8% de votants en 86 lors des premières Régionales ou même des 65,7% de 2004. Clairement, le désarroi violent qui s’est manifesté lors de ce premier tour a éloigné un électeur sur deux des urnes, et la menace du Front National a ramené un peu moins de six électeurs sur dix dans l’isoloir. La menace d’un danger d’extrême droite ne peut pas servir durablement de débat politique, le « plafond de verre » souvent invoqué pour expliquer les échecs réguliers du Front National au deuxième tour finira par s’effondrer.
 

Plus que jamais, il faut regarder les causes, et non pas les effets. Certes, le climat d’insécurité tous azimuts que nous vivons actuellement, masque pour quelque temps encore, les trois grands échecs que les gouvernements successifs n’ont pas écartés. La lutte contre le chômage par des réformes rompant avec une organisation économique et sociale du passé est plus urgente que jamais. La lutte contre l’endettement pathologique qui prive l’économie française et les citoyens d’un avenir prometteur, s’impose dans les structures publiques à tous les niveaux : en 30 ans nous avons doublé le nombre d’agents publics pour nous gérer, mais nous n’avons pas doublé notre population. Troisième sujet enfin : changer de toute urgence la pratique politique en interdisant les cumuls, en sanctionnant les malhonnêtetés, en écartant les intérêts croisés, en punissant l’absentéisme, en développant le référendum d’initiative populaire et pas uniquement d’initiative étatique.
 

Mais par dessus tout, cette troisième rupture doit changer le système des partis politiques qui n’arrivent ni à réformer profondément notre pays pour donner un avenir aux jeunes, ni à se réformer eux-mêmes afin de regagner la confiance de la population. Dans une dizaine de pays européens, des Mouvements citoyens naissent et prennent une place importante. En Espagne par exemple, le dernier né d’entres eux, Ciudadanos, concurrent du Mouvement d’extrême gauche Podemos, est donné à 23% pour les prochaines élections générales du 20 décembre, trois ans seulement après sa naissance. Son slogan est simple : « votez pour l’espoir » dit son leader Albert Rivera. L’espoir, nous devons le prendre en main dans cette crise de régime rampante qui ébranle la Ve République conçue pour le bipartisme alors que désormais trois grands partis sont concurrents. La première chose que la population attend des Mouvements Citoyens, c’est qu’ils se regroupent, qu’ils ne soient pas conduits pas des cumulards au masque nouveau, mais par des individus dont la sincérité du dévouement au bien de la Nation est dénuée d’intérêt personnel et indiscutable.
 

C’est pourquoi dès janvier 2016, nous proposerons à tous les Mouvements Citoyens qui se reconnaitront dans l’exigence de changement et de moralisation de la vie politique de se regrouper en une sorte de fédération sans esprit de domination d’aucun, pour aller vers le peuple en lui promettant clarté, honnêteté, engagement total. Pour notre part, nous inaugurerons dès ce début d’année, des « Rencontres d’Avenir », région par région, pour mettre en évidence par le débat, les leaders de demain. En 2017, une vague de Députés venue de la vraie vie doit émerger du suffrage. Les prochains Députés, c’est VOUS. Les réformes qu’il faudra courageusement porter à bout de bras, sont celles que VOUS réclamez. La physionomie sociale de la nouvelle Assemblée doit VOUS ressembler. Le contre-pouvoir qui contrôlera le Gouvernement, comme dans toutes les démocraties modernes, ce doit être absolument VOUS. La vérification du bien-fondé des décisions gouvernementales par l’évaluation des lois, Vous devez en avoir les moyens. Au total le redressement du pays doit passer par la fin d’une professionnalisation à vie des responsables politiques. L’élaboration d’un programme de gouvernement doit d’abord être voté par VOUS. Le contrôle de son exécution, par un système d’évaluation après sa mise en place ne peut pas VOUS échapper. Voilà l’essence d’un programme collaboratif, coopératif, que permettent aujourd’hui la soif de débat public et les technologies numériques modernes.
 

Prenons rendez-vous pour début Janvier 2016, rassemblons-nous avec force : pour changer le système il faut développer un orgueil national qui tissera notre avenir et une modestie de pratique qui inspirera la confiance. Souhaitons nous donc bonne année.
 

Jean-Marie Cavada
Président Génération Citoyens
Député européen







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 30 Juin 2017 - 12:18 Simone Veil : la « patronne »

Mardi 16 Mai 2017 - 12:26 Pour bien transformer cette victoire…

Mercredi 1 Février 2017 - 21:54 Procédure de l’OLAF contre Madame Le Pen



Nouveau commentaire :