Connectez-vous
Menu

Le Pouvoir est-il au bout du mensonge ?


Rédigé le Mercredi 9 Novembre 2016


Récemment, le grec Tsipras avait fait une campagne d’extrême gauche : élu, il se révèle un Chef d’Etat réaliste qui applique une partie de ce qu’il condamnait. A Londres, Boris Johnson et Farage ont menti pour obtenir le Brexit : à peine ont-ils gagné qu’ils reconnaissent leur mensonge, et on voit maintenant la Grande-Bretagne se débattre dans l’incertitude, le prix des tromperies. Trump a menti, a fait une campagne d’invectives violentes : il a gagné, mais à part son avion privé, ses tours immobilières, son Club de riches : quel talent de marketing pour que ce milliardaire réussisse à se faire passer pour le représentant du peuple. L’homme est inquiétant d’imprévisibilité.

Dans la partie occidentale du monde, la conscience électorale semble gouvernée par les peurs, et comme dans les années 30, la peur a beaucoup de prophètes qui espèrent ainsi gagner le pouvoir. L’Occident est-il fatigué de la pratique classique de la démocratie ? On sait maintenant que nous quittons un monde que les guerres et les tensions avaient rendu sage, un monde de pensée pour un univers d’idées à l’emporte-pièce. Les démocrates modérés perdent de l’influence et çà n’est pas un bon signe. 

L’Europe a du soucis à se faire dans ce nouveau contexte où Trump et Poutine tiendront le haut du pavé, sous le sourire flegmatique des Chinois. L’Union est un espace, elle a quelques mois pour devenir une puissance et c’est la condition indispensable pour que ce Continent se redresse au lieu de devenir le champ clos des ambitions économiques et géopolitiques des supers puissants. 

En Europe comme ailleurs, et en France tout particulièrement, il n’y a qu’une réponse à cette révolte populaire qui gronde : de toute urgence, appliquer des politiques déterminées qui fassent reculer le chômage, le déclassement, l’insécurité, l’affaissement des valeurs. Et qui par leur réussite, puissent enfin montrer d’un doigt accusateur les vrais exploiteurs du bonheur de nos peuples : l’ultra financiarisation de l’économie mondiale, et le culot des arrivistes politiques vautrés dans le mensonge. 

Jean-Marie Cavada
Député européen
Président de Génération Citoyens

(Credits- @lacroix)
(Credits- @lacroix)








Nouveau commentaire :