Connectez-vous
Menu

La Primaire de la Droite (et du Centre?)


Rédigé le Dimanche 20 Novembre 2016


La Primaire de la Droite (et du Centre?)
La Primaire de la Droite (et du Centre?) montre une nouvelle fois que la France est gagnée elle aussi par cette révolution plus ou moins spectaculaire d'un peuple soulevé contre la confortable douceur des prévisions faites en son nom.       
                                
En deux semaines, le troisième à la traîne est devenu le premier. Et avec plus de 25 points d'avance sur Alain JUPPE, Nicolas SARKOZY, non sans une élégance émue, dit vouloir investir sa passion légendaire dans sa vie personnelle.
Médias à la traîne des sondages, il était entendu que le classement était fait, jusqu'il y a dix jours en tout cas.
Ne jugeons pas le deuxième tour à la place des électeurs d'une fraction de l'électorat de droite: le débat sur les programmes des deux premiers, la mobilisation imprévisible pour ce deuxième tour, l'élan d'une volonté transformatrice qui peut se briser: dimanche 27, c’est un autre jour!             
Mais on ne peut s empêcher ce soir de voir que nos idées de " rupture" pour donner un avenir moderne à la France, ont fait un bond. Deux hommes ont parlé de "rupture" à notre suite: Emmanuel MACRON, François FILLON. Alain JUPPE n'en pense pas moins mais sa prudence naturelle confortée par les protestations de 1995 arrondiront les mots pour le dire.
 
Il reste aux mouvements de la société civile à aider notre peuple à s'ériger en gardien de la morale politique, à encadrer avec une exigence sans faille le comportement des partis, à s’emparer plus massivement encore des urnes (10% du corps électoral seulement ce soir...), et à soulever la jeunesse pour qu'elle fabrique son avenir.
 
Cher vieux pays? Non notre pays n’est pas vieux : il nous est cher.    
 
Jean-Marie CAVADA
Député européen
Président de Génération Citoyens
 









1.Posté par Gilles Garriga le 02/12/2016 19:09
Selon moi une rupture ne peut venir que du peuple , et non pas d'un programme qui veut être imposé aux Français . Ce programme "Fillon" a fait l'unanimité des votants de la droite et du centre , mais la droite et le centre ne sont pas représentatifs de l'ensemble des citoyens . Quand je dis qu'il n'y a pas de rupture, c'est que Fillon est dans un clivage de droite face à un clivage de gauche et qu'il propose de devenir le nouveau monarque des français . On mélange les cartes et on recommence . On va devoir subir à nouveau les frasques d'un pouvoir . Et quel pouvoir ! Fillon n'est même pas président qu'il divise les français , ceux du privé et ceux du public puis les riches contre les pauvres . Comment penser une seconde , que dans un pays comme la France, fortement attachée à son système social et public , le discours sur la sécu soit bien reçu, la suppression de 500 000 fonctionnaires soit bien vécu au sein des 5 millions de fonctionnaires . Je ne crois pas que Fillon sera élu , mais s'il l'était, on ne vivra pas dans un climat de paix sociale, ça c'est sur . Aucun des 5 millions de fonctionnaires n'acceptera de travailler + de 40 heures comme c'est souvent le cas aujourd'hui, pour en être payé 37 . Avec Fillon , les syndicats vont se frotter le ventre .... il va les remettre en marche, alors qu'ils sont aujourd'hui à l'agonie. Je suis un citoyen très ordinaire, mais intéressé et curieux de la politique qui est menée dans mon pays. J'espère qu'un jour , ce sont les citoyens qui décideront de ce qui est bon pour le pays . On voit qu'en ce moment , les consciences s'éveillent, dans tous les partis et chez les candidats : les discours changent, tous veulent rassembler et s'adressent à l'ensemble des français . Je suis donc optimiste , mais la rupture avec ce système oligarchique n'est pas encore pour 2017

Nouveau commentaire :