Connectez-vous
Menu

Après le BREXIT, vers une nouvelle Europe…


Rédigé le Mercredi 2 Novembre 2016


La sortie d’un Etat est prévue par les textes et résulte bien pour le Royaume Uni d’une consultation démocratique. Cette sortie est un révélateur des tensions profondes qui se manifestent de plus en plus par des votes et des violences extrémistes inquiétants. Il faut maintenant qu'elle s’exécute. (Mme MAY l’a encore rappelé le 30/08 dans un article du Figaro).

La situation du Royaume Uni ne s’est pas encore dégradée mais elle sera certainement plus compliquée dans l’avenir, même s’il existe de nombreux traités économiques substitutifs. A terme cette sortie entrainera également un ralentissement de la croissance en EU. Quel choix aurait fait la France si elle avait, elle aussi, consulté ses citoyens ?


L’enjeu aujourd’hui n’est plus de sortir de l’EU mais de la reconstruire, de la refonder sur des bases plus simples et plus lisibles pour les peuples.

Mais quelles questions peut-on se poser ?

Peut-il exister une EU sans le Royaume Uni? Un pays si proche de la France par sa culture, son histoire, ses échanges économiques et culturels, etc.… Peut-il exister une EU seulement continentale, sans la Russie ? N’est-ce pas absurde et inacceptable ? Il est vrai, l’EU actuelle est une machine infernale et les crises successives amplifient le malaise et ce ne sont pas les déclarations ou prises de position hâtives de certains dirigeants EU (Mme Merkel ou M. Junker) qui apaiseront les sentiments des peuples. (M. Junker : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités EU »)

L’unique chance de survie de l’EU n’est-elle pas dans son unité ? Ne faudrait-il pas tout remettre à plat, admettre les erreurs commises, qui ont conduit à cette impasse ? La solution n’est-elle pas dans la création d’une fédération d’États ou d’un Etat fédéral qui unifierait seulement ce qui peut l’être dans un premier temps ? ( diplomatie, défense par exemple) tout en préservant les libertés et les démocraties nationales de chaque pays membre ? Peut-on envisager une constitution EU avec un parlement EU issu des parlements nationaux par exemple ?

Peut-on envisager de revenir, dans un premier temps, aux six signataires du Traité de Rome de 1957, puis de faire rentrer au fur et à mesure les autres pays qui rempliraient préalablement toutes les conditions ?

Est-il possible d’imaginer une EU harmonisée au moins fiscalement, et socialement avec quelques lois cadres fédérales communes ?

Mais existe-t-il seulement une volonté et assez d’audace et de courage pour y parvenir ? Les dirigeants sont dramatiquement aveugles devant le rejet de plus en plus pressant des peuples face aux Institutions EU (Grecs 71%, Français 61% et Anglais 48 !!!), avec en plus un rejet massif de la politique migratoire telle qu'’elle est proposée.

Cette situation n’est-elle pas due à ce qu'on ne tient pas ou plus, compte de la volonté des peuples ?


Je ne vois que 3 scénarios envisageables :

1°) On ne fait rien : alors nous assisterons à la montée des extrémismes et des nationalismes qui risque de mener au fascisme.

2°) On consulte aujourd’hui les peuples : Alors ce sera aussitôt l’explosion de l’EU.

3°) On reconnait les erreurs passées, on rebâtit un projet dans le respect des aspirations des peuples.
Aurons-nous assez de courage pour cela et pour travailler autour d’idées simples comme par exemple:
- Proposer un projet global de refondation portant sur des sujets régaliens ? (monnaie, défense, diplomatie, protection de l’environnement et transition énergétique)
- Avancer dans un premier temps qu'avec les pays qui en acceptent toutes les règles en prévoyant l’unité et solidarité des peuples européens entre eux ?
- Harmoniser les législations (fiscale, sociale, etc.…) en arrêtant l’harmonisation aux points de désaccord ? - Assurer la protection des populations ?
- Recréer une industrie innovante et une agriculture raisonnée avec un schéma d’avenir pour les territoires comme axe majeur du développement économique.


Ce n’est pas de moins d’Europe dont on a besoin mais de plus d’Europe mais elle sera moins administrative, plus politique et plus dynamique ou ne sera plus.

Hervé TASSEL








Nouveau commentaire :